Le patrimoine bâti de Limanton

Le patrimoine religieux

Limanton a connu dans son histoire au moins huit lieux du culte catholique

Un petit bâtiment à abside semi-circulaire en partie enterrée a été mis au jour en à proximité du château d’Anizy par une fouille en 1991 et 1992. C’est peut-être un édifice de culte paléochrétien. 


L’ancienne église de l’abbaye de Bellevaux, remontant au XIIIe siècle, est transformée en étable à la Révolution. Elle jouxte une des ailes de l’ancien cloître de l’abbaye. Les bâtiments conventuels sont des reconstructions datables de la fin de la Renaissance (entrée de la porterie) et du dernier tiers du XVIIe siècle pour l’essentiel du bâti.


A peu près contemporaine de l’abbatiale de Bellevaux, l’ancienne église paroissiale d’Anizy, présente un chevet plat à trois longues ouvertures. Elle a été, comme à Bellevaux, transformée en bâtiment agricole à la Révolution.  Elle a été restituée dans son état d’église dans les années 1980.  Monsieur Cassegrain a fait, entre autres travaux, reconstituer son portail de façade et ajouter un petit clocher de bois.


Les ruines de l’ancienne église Saint-Laurent se trouvent sur la propriété du château de Limanton, dans le bois dit « de la Chapelle » (édifice remaniée aux XVIe et XVIIe siècles). Des pans de mur et les colles d’un auvent installé au XIXe siècle sont encore visibles de la route. La paroisse de Limanton est placée depuis plusieurs siècles sous le patronage de Saint Laurent. Ce saint de l’Eglise catholique est un diacre du pape Sixte II, originaire de Huesca en Aragon, martyrisé à Rome le 10 août 258, lors de la persécution de Valérien. Trésorier de l’Eglise et généreux dans la distribution des aumônes, il est considéré comme le patron des pauvres.


Il ne reste rien de la petite église de Mont, réparée puis finalement désaffectée et détruite au XVIIIe siècle.


La nouvelle église paroissiale Saint-Laurent accueille encore quelques cérémonies religieuses. Elle a été construite entre 1875 et 1877 au bourg de Limanton, grâce à un don de Marie de Beauregard, fille du maire Théodore de Lachaumelle. Ce don était expressément destiné « aux pauvres de la commune ». On reconnaît sur un vitrail les attributs de Saint Laurent, qui pour une fois n’est pas représenté avec son gril légendaire mais seulement avec la palme du martyr, le grand manteau des diacres (la dalmatique rouge à étole jaune) et un évangéliaire ouvert. Ses cloches sonnent tous les jours.


Encore plus récente est la « chapelle » de Panneçot. Elle a été érigée en 1902 grâce à de riches souscripteurs, au moment de la lutte entre les catholiques conservateurs et la république laïque. Elle fut achetée par la commune dans les années 1970 et transformée en salle des fêtes.


La chapelle privée (ou « oratoire ») de Boux, a été le dernier lieu de culte créé à Limanton. Aménagée en 1908 dans les combles du château, elle a été détruite avec lui dans l’incendie de mars 1949.

Une ancienne école privée catholique, l’école du Rosaire

Aujourd’hui transformée en maison d’habitation privée, l’ancienne école du Rosaire, située à 800 mètres du bourg sur la route de Nantilly, a été construite en 1902 par la volonté et sur les dessins du curé de l’époque, Trameçon. Elle a assuré la scolarisation de la grande majorité des filles de la commune pendant 60 ans.

 

Des signes plus discrets de la religion

Les croix de chemin situés dans le bourg et à Montembert sont toutes du XIXe siècle elles ont été construites à l’occasion des missions destinées à relancer la pratique religieuse dans la paroisse.

Les monuments funéraires d’inspiration religieuse se trouvent dans le cimetière : les tombes surmontées d’une croix, les chapelles funéraires de certaines familles et le monument aux morts de la commune dominé lui aussi par une croix.

 

Eglise Saint-Laurent

  Abbaye Bellevaux


Le patrimoine civil privé

Deux châteaux anciens et une maison forte

Les deux châteaux de Limanton occupent le centre des deux grandes seigneuries anciennes :

• Le château de Limanton, considérablement transformé après 1860, est formé d’un corps de logis rectangulaire à deux niveaux carrés et de combles à lucarnes, flanqué de quatre tours. Des bâtiments remarquables l’entourent : une orangerie, une écurie, un imposant pigeonnier et les maisons du jardinier et du cocher). Les jardins en terrasse. Les ruines du massif d’un haut-fourneau au charbon de bois (1828-1843) se trouvent sur une propriété appartenant au château. L’accès est interdit et dangereux.

• Le château d’Anizy.

Construit à la fin du Moyen Age à proximité du gué sur la voie romaines reliant Saint-Honoré à Alluy, ce château est le centre de l’ancienne seigneurie d’Anizy. Il est quasiment abandonné au XVIe siècle avant les deux campagnes de restauration de Charles et Hector de Franay (1571-1622). Ces deux seigneurs font abattre l’enceinte et rebâtissent les bâtiments d’habitation. Passé aux mains des seigneurs de Vandenesse, le château devient le centre d’un simple domaine rural au XIXe siècle. Il est restauré par Alain Cassegrain dans les années 1980.

• La « maison forte » d’Arcilly a gardé des caractères hérités de la fin du Moyen Age. 

 

 Chateau de Limanton

Chateau d'Anizy

Entrée maison-forte d'Anizy


Des domaines

Des domaines présentent un patrimoine remarquable constitué de bâtiments d’exploitation, de maisons paysannes et d’une maison de maître souvent entourée d’un petit parc ou d’un jardin paysagé :

• Mont-Marquereau et le manoir moderne d’Arcilly sont les plus complets, Villars a conservé sa maison de maître, son parc et son ancien potager

• Des fermes ont une composition analogue à une plus petite échelle : La ferme du haut des Sarrots, les Amiraux, les Bouillots, le Bardy, la Seigne, la Tuilerie, Touvent, Le Bassin (ferme de Villars), La Lye, la Réserve (ferme du bourg de Limanton), Champ-Long, Champardolles, La Ruée, La Motte

• Le hameau de Boux, en cours de restauration, est un témoignage remarquable de l’habitat ancien au cœur d’un grand domaine dont les propriétaires, les Lachaumelle puis les de Roüalle, ont encadré la vie civile et religieuse de Limanton

• Bâtiments d’exploitation agricole, bâtiments abritant l’artisanant et le commerce, maisons d’habitation, etc.

• Le domaine Cousson est un ancien prieuré du XVe siècle, ses colombage sont remarquables.

Ferme d'Anizy

Ferme Grenessey

Ferme d'Anizy

  

Route de Boissot


Le patrimoine civil public

 

• Les bâtiments communaux à caractère patrimonial :

o La mairie (ancienne mairie-école de 1867)

o La salle des fêtes, ancienne chapelle de Panneçot (voir « patrimoine religieux »)

o Le bâtiment du Brazey (une halle à grains des années 1890) abrite un restaurant associatif saisonnier, « La Rustine » géré par l’association « Le Barrage »

• Le bâti du canal du Nivernais :

o ecluses (1830 à 1838)

o maisons éclusières (entre 1870 et 1900)

o ponts sur le canal (1830 à 1838)

o ports, etc.

• Le patrimoine du chemin de fer : 

o maisonnettes des passages à niveau (années 1870)

o gare de Panneçot (1877), ligne « PLM » dite « Gare de Moulins-Engilbert »

o gare du « Tacot » à Vauvelle (1910)

Gare de Panneçot

Maisonnette de passage

à niveau à Panneçot

La mairie (ancienne

mairie-école de 1867)

Ecluse d'Anizy

Ecluse Sauzy


Le petit patrimoine rural

Moulins, lavoirs, puits et ponts de rivières.

De nombreuses autres formes du patrimoine ne relèvent pas du patrimoine bâti : les barrières de prés, les vestiges d’activités anciennes, routes et chemins (présentés à part), sans parler du patrimoine paysager que constitue le bocage du Bazois.

Ancien moulin à Mont

.

Ancien pont à Anizy

Lavoir à Anizy